douleur machoire stress

Douleurs dans la mâchoire : quand le stress fait mal ?

La douleur dans la mâchoire est un symptôme qui, le plus souvent, n’est pas grave. Lorsqu’elle est liée au stress, il ne faut cependant pas la laisser s’installer car elle peut engendrer d’autres pathologies, parfois sérieuses. Il convient de traiter parallèlement la cause et ses effets. 

Douleurs dans la mâchoire et stress : les troubles de l’ATM

La mâchoire est composée de deux os, l’os maxillaire qui est la partie haute de la mâchoire, et la mandibule, partie basse. La mâchoire est reliée au crâne (à l’os temporal) par l’articulation temporo-mandibulaire (ATM). Les troubles de cette articulation constituent l’une des deux causes à l’origine des douleurs. Elles sont soit musculaires, soit articulaires. 

Les douleurs musculaires

Elles représentent la majorité des douleurs ressenties dans la mâchoire. Décrites comme sourdes et profondes, ces myalgies s’accompagnent souvent de contractures et de fatigue musculaire. Elles présentent aussi parfois des nodules (petits gonflements palpables sous la peau), amenant une tension douloureuse et permanente. La mastication accentue ces douleurs, qui irradient jusqu’aux régions rétro-orbitaires, sinusales et crâniennes. 

On note parfois la présence d’un trismus. Le mouvement de la mandibule est alors bloqué en raison d’un spasme tétanique des muscles masticateurs. La parole, l’alimentation, la déglutition et l’hygiène buccale sont entravées. Le trismus peut être temporaire (dans la majorité des cas), ou permanent. 

Les douleurs musculaires de la mâchoire dues au stress peuvent aussi s’accompagner d’une hypertrophie musculaire, élargissement des muscles de la mâchoire. Face à un stress, en effet, l’organisme réagit et initie des réponses comportementales favorisant l’activité musculaire, y compris celle des muscles faciaux et masticateurs. 

Les douleurs articulaires

Nommées arthralgies, les douleurs articulaires (de la mâchoire dans ce cas précis), sont accentuées par les mouvements, actifs ou passifs, de la mâchoire. Ce type de douleurs est plus facile à localiser et irradie moins que les myalgies. Les syndromes douloureux fonctionnels de la mâchoire semblent être d’origine multifactorielle et le stress apparaît comme un facteur déterminant. 

Les manifestations décrites sont exacerbées par le stress émotionnel et les stress environnementaux récurrents, en raison des changements neurologiques qu’ils provoquent, participent à l’étiologie des dysfonctions de l’articulation temporo-mandibulaire. Des niveaux d’anxiété et de dépression élevés sont très souvent présents dans les troubles de la mâchoire. Le stress est mis en évidence dans l’activation spécifique des muscles masséters. 

Certains remèdes permettent de soulager les douleurs de la mâchoire dues au stress. Une compresse d’eau chaude appliquée sur la zone douloureuse (mâchoire, tempes et cou) durant 15 minutes permet de détendre les muscles et diminuer la douleur. 

Un massage de la mâchoire peut soulager. Si la solution du « chaud » est sans effet, la glace (dans un linge et pas plus de 10 minutes, afin d’éviter les brûlures), peut avoir un effet anesthésiant. Il faut privilégier les aliments faciles à mâcher (purées, soupes, yaourts) ou en petits morceaux, qui évitent d’ouvrir grand la bouche ou de trop mastiquer. Contre le stress, les techniques de relaxation, de méditation, de yoga, peuvent s’avérer très efficaces. D’un point de vue dentaire, un traitement orthodontique peut parfois s’avérer nécessaire. 

Bruxisme et douleurs dans la mâchoire dues au stress

Plusieurs études menées prouvent l’existence d’un lien significatif entre le stress ressenti et l’activité de type grincement ou serrement appelée bruxisme. Parmi les effets recensés, les douleurs de la mâchoire occupent une place prépondérante. Le bruxisme concerne environ 8% de la population adulte. Nocturne, il est le plus fréquent chez l’enfant.

Le bruxisme diurne s’installe avec l’âge et touche davantage les femmes. Classé parmi les troubles du comportement aux États-Unis, il se manifeste par des contractions musculaires soutenues (plus de 2 secondes) et intervient en réaction à une situation stressante ou une anxiété éprouvée. Le bruxisme nocturne est la forme la plus destructrice pour la mâchoire. Il intervient durant le sommeil, échappant à tout contrôle, par phases, et se caractérise par des contractions brèves et répétées de la musculature masticatoire. Les troubles mentaux, l’anxiété et le stress sont très liés aux grincements de dents et aux douleurs de la mâchoire. 70% des cas de bruxisme ont pour origine le stress ou l’anxiété. 

Le bruxisme entraîne un grand nombre de symptômes au niveau de la mâchoire : signes osseux (remodelages osseux compensatoires, pertes osseuses…), signes musculaires (douleurs, contractures, hypertrophie, trismus…), signes articulaires (douleurs au niveau des articulations temporo-mandibulaires, déplacements des disques articulaires…). 

Certains traitements peuvent limiter les effets du bruxisme et les douleurs de la mâchoire dues au stress. La gouttière occlusale, en fait partie. Il s’agit d’un appareil amovible thermoformé, fabriqué à partir des empreintes dentaires du patient. Ce dispositif empêche les deux arcades dentaires de se toucher en cas de grincements et serrements. La gouttière se porte la nuit. Une autre solution repose sur l’équilibrage dentaire et vise un meilleur engrènement des dents à l’occlusion.

Il s’obtient par un limage très précis des surfaces dentaires. Il est possible aussi de prescrire des myorelaxants et des anti-inflammatoires. Le stress doit bien évidemment être traité parallèlement à ces mesures afin d’assoir leurs bénéfices sur la durée. Pour ce faire, le patient doit opter pour la méthode qui lui apporte les meilleurs résultats parmi une psychothérapie, la relaxation, le yoga ou la sophrologie 

Douleurs dans la mâchoire : et le stress dans tout ça ?

Deux types de facteurs sont supposés être à l’origine du stress. Les facteurs externes comprennent des évènements pénibles et identifiés, tels qu’un divorce ou un deuil, mais également heureux, comme un mariage, un déménagement ou une promotion. Les facteurs internes, quant à eux, désignent les capacités de chacun à faire face aux situations et à l’environnement. À ce titre, les individus anxieux ou particulièrement sensibles sont plus sujets au stress. Ils développent alors des troubles anxieux (chroniques). 

Les symptômes du stress peuvent être physiques et amènent douleurs dans la mâchoire, maux de tête, palpitations, vertiges, crampes et troubles digestifs ou du sommeil. Les symptômes émotionnels et mentaux se manifestent par des angoisses, de la colère, de l’agitation ou de l’irritation. Les symptômes comportementaux, enfin, provoquent de l’agressivité ou au contraire de la passivité, un isolement, une désorganisation, des habitudes néfastes telles que la consommation de tabac, des conduites addictives, etc.

La gestion du stress passe d’abord par une prise de conscience, afin de pouvoir adopter des mesures visant à le modérer . Cependant, s’il s’inscrit dans la durée, ou s’il est très prononcé, il est conseillé de consulter un professionnel. L’hygiène de vie est à surveille : alimentation équilibrée, contrôle des abus et des conduites addictives ainsi que le sport sont à privilégier. Les méthodes de relaxation et de méditation permettent de réguler les fonctions physiologiques et d’apporter un apaisement émotionnel. 

La douleur dans la mâchoire est un trouble susceptible d’affecter chaque individu et qui est fréquemment traité dans les cabinets dentaires. Un niveau important de stress peut souvent expliquer ce type de douleur. L’intervention de votre chirurgien-dentiste est nécessaire pour traiter cette dysfonction temporo-mandibulaire. En agissant vite, il est à même de vous éviter d’importantes conséquences, comme des difficultés à vous alimenter ou des douleurs pouvant irradier jusqu’aux oreilles, à la tête ou au cou. N’attendez pas pour prendre votre rendez-vous !