Dents de sagesse

arracher dents de sagesse

L’éruption de nos 4 dents de sagesse, qui intervient entre 14 et 15 ans, se poursuit souvent jusqu’à 25 ans et peut occasionner une modification de la place des dents et des problèmes particuliers tels que des infections et des kystes.


dents de sagesse

Extraction d’une dent de sagesse

En temps normal, les dents de sagesse poussent sans problème, mais dans certains cas, il peut y avoir un accident

En cas de manque de place ou d’infection, il est parfois nécessaire d’extraire une ou plusieurs dents de sagesse, sur la base d’un diagnostic effectué grâce à une radiographie de la mâchoire.

L’opération des dents de sagesse, et donc leur extraction, se fait en une ou deux fois selon la disposition et le nombre de dents à extraire. L’intervention étant relativement simple et courante, l’anesthésie locale est la solution la plus indiquée. Le praticien procède au dégagement de la dent, au nettoyage de l’alvéole, puis à sa fermeture après avoir désinfecté la zone. En cas de points de suture, certains s’élimineront d’eux-mêmes et les autres seront retirés par le dentiste lors de l’examen de suivi.

Après l’extraction d’une ou de plusieurs dents de sagesse, il est fréquent qu’un petit saignement persiste pendant quelques heures. Il suffit alors d’appliquer une compresse sur la zone de l’extraction dentaire et de la mordre jusqu’à ce que le saignement s’arrête. Suite à l’extraction des dent de sagesse, un gonflement (œdème) peut survenir : il est conseillé d’appliquer de la glace sur la joue du côté de l’extraction afin de le réduire. En cas de douleur post-opératoire, des antalgiques vous auront été prescrits par votre praticien, suivez scrupuleusement ses recommandations.

Tout savoir sur les dents de sagesse

L’éruption de nos dents de sagesse, qui intervient en général vers 17 ans, se poursuit souvent jusqu’à 25 ans et peut occasionner :

  • La modification du positionnement des dents
  • L’apparition d’infections
  • L’augmentation du risque de kystes

Aussi appelées les « troisièmes molaires », elles sont parfois accusées à tort d’une multitude de problèmes ayant tendance à apparaître dans la zone buccale. Cependant, il est prouvé qu’elles peuvent entraîner des complications lors de leur apparition et qu’il peut devenir nécessaire de les extraire avant même qu’elles soient sorties. En cas de douleur, consultez un chirurgien-dentiste dans le centre Dentego le plus proche de chez vous et bénéficiez de conseils et d’un accompagnement sur mesure.

Sommaire :

Les dents de sagesse, c’est quoi ?

Les dents de sagesse sont quatre dents (deux par mâchoire) qui viennent compléter la dentition du fond de la bouche. Elles sont désignées comme étant les « troisièmes molaires » et commencent à se former sous la gencive dès l’âge de 10 ans. Elles vont ensuite émerger petit à petit, atteignant un pic de poussée vers l’âge de 17 ans.
Elles sont sujettes à controverse, car elles ont tendance à provoquer des problèmes lors de leur éruption, notamment des inflammations ou des lésions des dents adjacentes. Selon certains spécialistes, elles auraient eu un rôle pour nos ancêtres qui, usant plus rapidement leurs dents définitives à force de mastication plus intensive, pouvaient toujours compter sur leurs dents de sagesse. À notre époque et avec les progrès en matière d’hygiène buccale, elles tendent à être de moins en moins utiles, puisque leur fonction n’est que très secondaire dans la mastication. Cependant, cela ne justifie pas leur extraction : il est possible de garder ses dents de sagesse et de les utiliser si elles sont en bonne santé.
Une tendance semble se dessiner : les dents de sagesse auraient de moins en moins de place pour sortir, ce qui serait la cause de nombreux problèmes. Cela pourrait être dû à la vitesse plus importante de diminution de la taille de nos mâchoires face à celle de nos dents. L’autre hypothèse se base sur le fait que notre nourriture serait bien plus molle, nécessitant donc moins de mastication.
Il faut donc prendre rendez-vous de manière régulière chez son chirurgien-dentiste afin qu’il puisse :

  • Vérifier que l’éruption des dents de sagesse se déroule correctement
  • Surveiller l’emplacement des dents en formation avec une radio dès 14 ans
  • Déterminer l’espace disponible pour qu’elles sortent et anticiper les complications

Dans quels cas faut-il procéder à l’extraction des dents de sagesse ?

En temps normal, les dents de sagesse poussent sans problème, mais dans certains cas, elles peuvent être la cause d’inflammations de la gencive, ou bien du déplacement des dents adjacentes. Il se peut qu’elles soient parfois retirées avant même d’avoir percé la gencive, ou alors qu’elles n’ont pas complètement émergé (on parle de dents « incluses » et « partiellement incluses »). Il s’agit d’une mesure de précaution qui vise à réduire les risques et à garantir au patient une mâchoire équilibrée. L’extraction est en général un acte simple qui ne nécessite qu’une anesthésie locale ou régionale.

En cas de manque de place

En cas de manque de place ou d’infection, il est parfois nécessaire d’extraire une ou plusieurs dents de sagesse, sur la base d’un diagnostic effectué grâce à une radiographie de la mâchoire. Votre chirurgien-dentiste Dentego, dans la grande majorité des cas, utilise alors la radio panoramique. Elle permet d’avoir une vision complète :

  • Des deux mâchoires
  • Des dents
  • Des racines

Il peut donc surveiller le développement des dents de sagesse alors que celles-ci sont encore sous la gencive. L’image obtenue lui permet également de juger de la place dont les dents bénéficient lorsqu’elles émergent. S’il estime que cet espace est trop restreint, il peut décider de procéder à l’extraction des dents en formation. On parle alors de « germectomie », c’est-à-dire de l’arrachage d’une dent ou de dents à l’état de germe. Dans ce cas, l’intervention peut avoir lieu dès l’âge de 12 ans et aide à éviter des complications liées à la poussée de ces troisièmes molaires. En effet, si elles manquent de place, elles risquent de :

  • Mal se développer
  • Ne pas sortir complètement
  • Ne pas émerger du tout
  • Provoquer une inflammation
  • Exercer une pression sur les dents adjacentes et les endommager

Les problèmes d’espace concernent surtout les dents de la mâchoire du bas, également appelée « mandibule ». Votre chirurgien-dentiste porte donc son attention sur cette zone en priorité et vous propose les solutions adaptées.

Quand une carie s’est installée

Les dents de sagesse ne posent en général aucun problème si elles sortent correctement. Seulement, il se peut que celles-ci restent semi-incluses dans la gencive ou qu’elles dévient de leur trajectoire idéale de poussée. Il existe de nombreuses configurations qui sont alors propices au développement de caries. La plaque dentaire vient souvent se loger entre la dent de sagesse et la deuxième molaire, devenant difficile à éliminer. Dans 75 % des cas, cette zone devient propice au développement de bactéries, et a fortiori à l’apparition de caries.
Les caries se forment lorsque les microorganismes pathogènes présents dans la bouche attaquent l’émail en produisant des substances corrosives. Ils utilisent alors les débris alimentaires qui persistent après le lavage de vos dents pour se nourrir et proliférer. Petit à petit, ils creusent l’émail, puis la dentine et finissent par atteindre la partie innervée et vascularisée de la dent que l’on appelle « pulpe ».
Dans le cas où une dent de sagesse est sortie de travers, il se peut qu’un espace se soit créé entre celle-ci et la dent adjacente. Dans ce cas, elles risquent toutes les deux de subir une affection carieuse, étant donné que les débris alimentaires vont venir se loger dans le creux qui s’est formé.
Votre chirurgien-dentiste Dentego intervient dans le cas où des caries sont présentes en les nettoyant et en les assainissant, voire en retirant directement la dent de sagesse qui pose problème.

En cas d’inflammation

Des inflammations peuvent apparaître dans le cas où la dent de sagesse n’aurait pas émergé dans son intégralité, ou ne serait pas sortie du tout. Avec une dent incluse, le risque principal est le développement d’un kyste, lequel est souvent indolore, mais peut entraîner une destruction de l’os alvéolaire.
Lorsque la dent est semi-incluse, elle est souvent en partie recouverte par la gencive. Dans ce cas, en effectuer le nettoyage est difficile. Des débris alimentaires peuvent venir se loger entre la muqueuse et la dent et des bactéries ont des chances de proliférer. Cela devient alors une inflammation et on parle dans ce cas précis de « péricoronarite ». Les principaux symptômes qui devraient vous alarmer sont les suivants :

  • Une gencive gonflée et rouge au niveau des dents de sagesse
  • Une forte douleur dans cette zone
  • Des difficultés pour s’alimenter et déglutir (on parle alors de « dysphagie »)
  • Une douleur entravant l’ouverture de la bouche

Consultez votre praticien Dentego le plus rapidement possible. Celui-ci vous proposera de retirer la section de gencive qui recouvre la dent et commencera par vous prescrire des antibiotiques et des bains de bouche afin de maîtriser l’inflammation.

Comment se déroule l’extraction d’une dent de sagesse ?

L’opération des dents de sagesse, et donc leur extraction se fait en une ou deux fois selon la disposition et le nombre de dents à extraire. Le praticien procède en général à l’évulsion des dents situées du même côté, afin d’éviter des problèmes de mastication au patient. L’intervention étant relativement simple et courante, l’anesthésie locale est la solution la plus indiquée. Le dentiste effectue alors :

  • Le dégagement de la dent
  • Le nettoyage de l’alvéole
  • La désinfection de la zone et la referme

En cas de points de suture, certains s’éliminent d’eux-mêmes et les autres sont enlevés par votre expert Dentego lors de l’examen de suivi.
Dans certains cas, le praticien peut avoir à casser la dent afin de la retirer en plusieurs morceaux. En effet, les dents de sagesse ont tendance à développer des racines tordues lorsqu’elles manquent de place, ce qui complique leur arrachage. L’opération peut également être plus compliquée lorsque la dent n’est pas sortie en suivant le bon axe.
Après l’extraction d’une ou de plusieurs dents de sagesse, il est fréquent qu’un petit saignement persiste durant quelques heures. Il suffit alors d’appliquer une compresse sur la zone de l’extraction dentaire et de la mordre jusqu’à ce que le saignement s’arrête. Suite à l’arrachage des dents de sagesse, un gonflement (œdème) peut se former. Il est conseillé d’appliquer de la glace sur la joue du côté de l’extraction afin de le réduire. En cas de douleur postopératoire, des antalgiques vous sont prescrits par votre praticien, dont vous devez scrupuleusement suivre les recommandations.

Le prix du traitement des dents de sagesse

Le prix pratiqué dépend du nombre de dents à retirer, ainsi que de la difficulté de l’extraction. Votre centre Dentego produit un devis clair afin que vous puissiez avoir toutes les informations nécessaires. Sachez cependant que la Sécurité sociale rembourse l’arrachage des dents de sagesse à hauteur de 70 % du tarif conventionnel fixé à 33,44 €.

Quelques astuces

Si vos dents de sagesse poussent sans complication, vous ne devez pas pour autant négliger votre hygiène bucco-dentaire. En effet, les dents sont des structures fragiles, qu’il est important de bien entretenir pour pouvoir en disposer le plus longtemps possible.
Afin d’éviter les caries ou des maladies des gencives telles que la gingivite et la parodontite, vous devez veiller à ce que la plaque dentaire (qui se forme avec les débris résultant de vos repas, la salive et les bactéries buccales) soit correctement éliminée. Si ce n’est pas le cas, elle finit par s’épaissir et par se calcifier jusqu’à devenir du tartre. Il s’agit d’une matière beaucoup plus dure, impossible à retirer à l’aide de votre brosse à dents et qui constitue un support idéal pour une nouvelle couche de plaque dentaire.
Le brossage des dents ne doit donc pas être oublié et doit être effectué avec soin. Il est conseillé de se brosser les dents au moins deux fois par jour avec une brosse à dent souple ou médium et un dentifrice au fluor. Ce minéral est un allié contre les caries puisqu’il permet de renforcer l’émail des dents et donc de le rendre plus résistant face aux attaques. On en trouve également dans l’eau du robinet en plus ou moins grande quantité.