gingivite

Gingivite : faut-il s’en inquiéter ?

Nos gencives sont saines lorsqu’elles sont roses, fermes et solidement attachées aux tissus sous-jacents. Lorsqu’elles deviennent rouges, gonflées et qu’elles saignent au brossage ou spontanément et que ces phénomènes s’accompagnent d’halitose, ces signaux d’alarme doivent vous amener à consulter rapidement votre spécialiste dentaire. 

La plaque dentaire : cause première de la gingivite 

La plaque dentaire est à l’origine de la gingivite dans la majorité des cas. Cette pellicule jaune et collante, constituée de débris alimentaires, de cellules mortes, de salive et de bactéries, se forme de façon continue sur les dents. Si elle n’est pas éliminée par le brossage, elle se calcifie et devient du tartre. Une mauvaise hygiène dentaire est donc la principale explication à la présence de plaque dentaire. Toutefois des facteurs aggravants peuvent s’y ajouter, et aggraver ou favoriser la gingivite. 

Un mauvais brossage 

Un mauvais brossage ne remplit pas sa fonction première : éliminer la plaque dentaire. Cette dernière s’accumule donc le long de la jonction dent/gencive, dans les anfractuosités d’obturations anciennes ou abîmées, sur les dents jouxtant des prothèses mal ou pas entretenues, au niveau des bridges et des appareils dentaires. Au-delà de 72 h de présence sur les dents, la plaque dentaire durcit et devient du tartre. Seul votre spécialiste en dentisterie peut alors l’éliminer. 

La plaque dentaire constitue un facteur irritant pour les gencives. Son infiltration sous les tissus crée des poches entre les dents et les gencives. Les bactéries présentes dans ces poches sont à l’origine de la gingivite. Suite à cela, l’inflammation des gencives se traduit par leur couleur rouge, leur gonflement et leur perte d’adhérence aux dents. Les saignements sont fréquents, déclenchés par le brossage ou par le simple fait de manger. La douleur en revanche n’est pas systématique. 

La meilleure prévention de ce type de gingivites est de respecter des bucco-dentaire rigoureuses. Il est important de se brosser les dents au minimum deux fois par jour, d’utiliser du fil dentaire et des brossettes interdentaires ou un jet d’eau dentaire afin de nettoyer les espaces interproximaux. Votre spécialiste dentaire peut vous accompagner et vous expliquer les bons gestes. En complément, certains bains de bouche peuvent aider à réduire la présence de plaque dentaire. Si le tartre est installé, seul votre spécialiste en dentisterie peut le retirer. Il est d’ailleurs conseillé d’effectuer 1 à 2 détartrages par an, parfois plus fréquemment si l’hygiène dentaire est insuffisante. La bonne nouvelle est que le tissu gingival, très vascularisé, se répare rapidement après l’éviction de la plaque dentaire et du tartre. La gingivite, soignée à temps, ne laisse pas de séquelles. 

Certains médicaments

Certains médicaments provoquent une hyperplasie gingivale. Il s’agit d’une hypertrophie des tissus gingivaux, qui peuvent aller jusqu’à recouvrir certaines dents. Cette situation rend plus difficile le brossage, favorise la prolifération de la plaque dentaire et l’apparition de la gingivite. Parmi ces médicaments, on retrouve certains antiépileptiques, les traitements anti-rejets administrés après des greffes d’organes, certains contraceptifs oraux… En présence d’une hyperplasie gingivale importante, il est possible de procéder à l’exérèse chirurgicale de l’excès de gencive. Ce geste doit être accompagné de mesures d’hygiène renforcées. 

Les carences 

Il arrive qu’une carence en vitamines aggrave une gingivite existante. La plus fréquente est la carence en vitamine C. Elle provoque une inflammation de la gencive, des saignements et des hématomes violacés. Une supplémentation vitaminique est alors prescrite, et une alimentation plus riche en fruits et légumes conseillés. 

Les changements hormonaux

Ils peuvent se présenter à deux occasions. 

Lors de la grossesse

La grossesse peut aggraver la gingivite. Les nausées sont parfois à l’origine d’une certaine négligence en ce qui concerne l’hygiène bucco-dentaire. Le tartre s’installe alors, entraînant un risque important d’hyperplasie. Les gencives proéminentes, molles et les saignements rendent l’alimentation difficile. Dans cette situation, il est conseillé de procéder à des brossages doux (sans dentifrice en présence de nausées), suivis de bains de bouche à l’eau salée. 

Un épulis gravidique peut parfois apparaître, il s’agit d’une excroissance la gencive On note alors la présence d’un granulome pyogénique, petit nodule constitué de vaisseaux sanguins qui provoque un gonflement des tissus. Cette excroissance peut être retirée au cours d’une petite intervention chirurgicale. 

Lors de la ménopause

La gingivite desquamative touche certaines femmes après la ménopause. Les couches supérieures des tissus gingivaux se détachent alors, exposant les terminaisons nerveuses sous-jacentes et provoquant ainsi de fortes douleurs. Ces desquamations peuvent être retirées par votre spécialiste en dentisterie. La mise en place d’un traitement hormonal peut améliorer la situation, de même que la prescription de corticoïdes en traitement local sur les zones enflammées.

La leucémie

¼ des patients souffrant de leucémie présentent une gingivite. Les cellules cancéreuses colonisant les gencives, associées à un système de défense diminué, peuvent aboutir à une inflammation des gencives. Ces dernières sont rouges, gonflées, douloureuses et saignent. Il peut être conseillé de nettoyer les dents et les gencives à l’aide d’une compresse humide au lieu d’utiliser une brosse à dents parfois trop agressive. Des bains de bouche à base de chlorhexidine peuvent être prescrits en complément afin de lutter contre la plaque dentaire et les infections. Lorsque le patient est en phase de rémission, le spécialiste dentaire peut alors procéder aux traitements dentaires adaptés (détartrage, surfaçage, polissage) afin de retrouver des gencives saines. 

La gingivite : autres causes possibles 

Bien que les causes autres que la plaque dentaire concernent un faible pourcentage de cas, il est néanmoins utile de les connaître. 

Les infections

Les infections peuvent être de deux sortes. 

Les infections virales

Le virus en cause est l’herpès virus simplex, habituellement contracté pendant l’enfance, et qui peut se déclarer à tout âge. Cette infection touche les gencives comme toute la cavité buccale. On parle alors de gingivostomatite herpétique. Les gencives sont d’une couleur rouge vif et présentent des ulcérations blanchâtres ou jaunâtres. Cette gingivite guérit le plus souvent spontanément en 2 semaines. Un brossage doux est recommandé tant que la douleur est présente. Un bain de bouche contenant un anesthésique permet d’atténuer la gêne ressentie lors des repas. 

Les mycoses

La prise prolongée d’antibiotiques ou une altération de l’état de santé général font augmenter la quantité de champignons présents normalement dans la cavité buccale. La candidose buccale (ou muguet buccal), due à la prolifération du Candida Albican, est la plus répandue. Une pellicule blanche ou rouge recouvre et irrite les gencives, mais aussi parfois la langue, les commissures labiales ou les joues. Si l’on tente de l’enlever, la muqueuse saigne. Le traitement du muguet réside en la prise d’antifongiques, sous forme de bain de bouche ou de pastilles à sucer. Les appareils dentaires doivent être traités également (en les faisant tremper dans une solution antifongique toute la nuit). Il convient d’y associer une hygiène bucco-dentaire rigoureuse.

Une dent incluse

La gencive d’une dent incluse ou éruptive peut former un lambeau de tissu muqueux, favorisant les infiltrations alimentaires et bactériennes. Cette situation provoque une inflammation de la gencive et un risque d’infection. Ce type de gingivite localisée est appelée péricoronarite. Les dents de sagesse inférieures sont les plus souvent concernées. Lorsque la dent est complètement poussée, le lambeau disparaît et la gencive redevient saine. Le spécialiste dentaire peut, en attendant, procéder à un nettoyage sous le lambeau afin d’éliminer les résidus alimentaires et les bactéries présentes. Il peut également prescrire des bains de bouche désinfectants à base de chlorhexidine ou de peroxyde d’hydrogène (ce dernier permettant de lutter contre les bactéries anaérobies). Si à la radio le praticien découvre que la dent est en malposition, il peut décider de l’extraire. 

La gingivite est une affection réversible sans séquelles, à condition qu’elle soit traitée à temps. En absence d’une prise en charge rapide par votre chirurgien-dentiste, elle peut s’étendre aux tissus sous jacents et provoquer une parodontite. Le risque ultime étant alors la perte de vos dents. Des visites régulières d’au moins une fois par an permettent à votre praticien de déceler les premiers signes d’une gingivite naissante et d’empêcher sa propagation. Fixez dès maintenant votre prochain rendez-vous !

A lire également