carie molaire

Peut-on éviter les caries sur les molaires ?

Dès leur éruption, vers 6 ans environ pour la première, la minéralisation non aboutie des molaires les expose particulièrement aux caries. Il est essentiel d’adopter les bons gestes et les bonnes habitudes, afin de les protéger au mieux, pour toute la vie. 

Les molaires et le risque de caries

L’être humain connaît deux dentitions successives au cours de sa vie. La première, la dentition temporaire, comprend 20 dents de lait, soit pour chaque mâchoire : 2 incisives, 2 canines, et 4 molaires (qui seront remplacées par les prémolaires définitives). 

À l’âge de 6 ans environ, commence l’éruption de la dentition permanente, avec l’apparition de la première molaire permanente. Les molaires apparaissent progressivement jusqu’à 12 ans environ, à l’arrière de la dentition temporaire, sans remplacer de dents de lait. Plus tard, entre 17 et 21 ans, parfois plus tard, s’ajoutent les troisièmes molaires ou dents de sagesse. 

La partie supérieure et visible de la dent, la couronne, est recouverte d’émail. Cette matière, composée de minéraux, forme une couche protectrice pour la dentine qui se trouve juste en dessous. La dentine contient des terminaisons nerveuses et constitue l’essentiel de la dent. Au centre de la dent, la pulpe est la partie vivante, fortement irriguée et vascularisée. 

La première molaire est particulièrement fragile en raison de sa faible minéralisation. Elle est donc fortement exposée aux caries. Plusieurs facteurs favorisent leur apparition. La plaque dentaire est le plus important. Cet enduit collant, de couleur blanche à jaunâtre, est formé de déchets alimentaires (acides et sucres), de bactéries et de protéines salivaires. 

Il se dépose sur les dents et les gencives en permanence, et se transforme en tartre en se calcifiant s’il n’est pas éliminé régulièrement. Les bactéries présentes à la surface des dents produisent des acides à partir des sucres. Ce sont ces mêmes acides qui sont à l’origine des caries, car ils attaquent l’émail des dents. 

L’autre cause de caries est l’existence des mauvaises habitudes que sont le grignotage et la consommation de sucres. Nous l’avons vu, les bactéries se nourrissent des sucres. Cela leur permet de se multiplier. Le sucre est donc particulièrement dangereux pour les dents. 

Il s’agit essentiellement du saccharose, que l’on retrouve dans le sucre en poudre ou en morceau, mais aussi des sucres industriels (gâteaux, sodas, confiseries) et des sucres cachés (pizzas, plats préparés…). Le grignotage quant à lui, redépose des débris alimentaires, relance la production de plaque dentaire entre les brossages, et empêche la salive d’effectuer son travail de nettoyage. 

La sécheresse buccale (ou xérostomie), est d’ailleurs un autre facteur de caries. La salive, grâce à son effet tampon, neutralise l’acidité présente dans la bouche, nettoie les dents, et possède un rôle antibactérien. Si sa production est ralentie, le risque de caries augmente. 

Les molaires des enfants, dont l’émail peut être mince et dont la minéralisation peut être incomplète, résistent moins aux attaques des acides de la plaque dentaire. Elles peuvent de surcroit présenter un relief accentué (sillons, puits, fissures) ou être mal positionnées. Ces défauts sont assez larges pour abriter des bactéries, mais trop étroits pour être nettoyés correctement. 

Elles sont alors plus exposées aux attaques acides des bactéries et aux caries. Enfin, leur positionnement est parfois un obstacle à une hygiène correcte. Le manque de dextérité des enfants, ou le manque d’enthousiasme rencontré chez certains adolescents (ou adultes) peuvent rendre plus difficile le brossage dans cette zone postérieure plus difficile à atteindre. Comment prévenir les caries sur les molaires ?

Certaines mesures, si elles sont correctement appliquées, permettent de réduire de façon significative les atteintes carieuses sur les molaires. 

L’hygiène bucco-dentaire

Quel que soit le risque carieux, la mesure la plus efficace pour prévenir l’apparition des caries est un brossage minutieux des dents, au minimum deux fois par jour. Il doit être effectué avec un dentifrice à teneur en fluor adapté à l’âge de l’enfant. Dès l’apparition des premières molaires temporaires et jusqu’aux 3 ans de l’enfant, le brossage doit être réalisé au moins 1 fois par jour, par un adulte, et avec un dentifrice fluoré au dosage inférieur ou égal à 500 ppm (la valeur d’un petit pois). 

À partir de 3 ans, il est recommandé d’utiliser un dentifrice dosé à 500 ppm et, au-delà de 6 ans, entre 1000 et 1500 ppm. En cas de risque important de caries, un dentifrice plus concentré en fluor peut être prescrit par le chirurgien-dentiste. Dès que la dextérité de l’enfant le permet, il convient d’ajouter au rituel des soins d’hygiène buccale le passage du fil dentaire, qui permet d’éliminer la plaque dentaire présente sur les faces proximales des dents (les côtés). 

Les visites régulières chez le dentiste

Afin de prévenir les caries sur les molaires, il est indispensable de mettre en place un suivi régulier de l’enfant chez un chirurgien-dentiste. Dès 3 ans, le dispositif « M’T dents » permet de dépister le risque carieux, d’évaluer l’hygiène bucco-dentaire et d’effectuer les premiers actes de prévention (voir plus bas). Ce rendez-vous est ensuite proposé tous les 3 ans, jusqu’à 24 ans. Idéalement, une visite tous les ans est une bonne habitude à adopter. 

Une alimentation saine

Les aliments et les boissons riches en sucre et en acides accroissent le risque de caries. De même que les grignotages, qui potentialisent leurs effets si les aliments consommés sont collants, car le sucre reste en contact plus longtemps avec l’émail de la dent. Il faut réduire voire supprimer les grignotages et les boissons sucrées et privilégier un mode d’alimentation équilibré et varié. 

Suppléments fluorés

Le fluor est un minéral qui rend l’émail plus résistant face à la déminéralisation acide. Lorsque l’eau bue manque de fluor, des compléments oraux fluorés peuvent être prescrits, présentés sous forme de gouttes, de comprimés ou de gels. Le dosage doit être défini par le chirurgien-dentiste afin d’écarter tout risque de fluorose (intoxication au fluor). 

Les vernis fluorés

Pour les enfants présentant un fort risque carieux (absence de brossage, consommations sucrées, sillons marqués, présence de plaque dentaire…), l’application d’un vernis fluoré sur les molaires réduit de façon significative le risque de développer des caries. Il est appliqué sur les surfaces et les faces proximales des dents et les protège plusieurs mois. 

Les scellements de sillons

Les nombreuses anfractuosités présentes sur les faces occlusales (« mastiquantes ») des molaires permettent à la plaque dentaire de s’y accumuler, aux bactéries de s’y développer et d’attaquer l’émail, déclenchant le processus carieux. Les scellements de sillons consistent à appliquer une résine protectrice au fond de ces sillons, protégeant ainsi la dent des attaques bactériennes. Ils sont conseillés à 6 ans lors de l’éruption de la première molaire définitive, puis à 12 ans lors de l’éruption de la seconde. 

Les caries sur les molaires peuvent être évitées. Leur prévention passe par un brossage minutieux, des visites régulières chez le dentiste, une alimentation saine et si besoin, des supplémentations fluorées et des soins préventifs au cabinet dentaire. Nos molaires nous accompagnent toute notre vie. Protégeons-les !