cellulite dentaire

La cellulite dentaire : pourquoi faut-il s’en inquiéter ?

La cellulite dentaire, appelée aussi cellulite cervico-faciale, est une infection bactérienne touchant la peau et les tissus cellulo-adipeux de la face. Sa propension à se propager rapidement peut mettre la santé, voire la vie du patient en danger. Il est impératif de consulter son dentiste en urgence. Explications. 

La cellulite dentaire : symptômes et origines

La cellulite dentaire est souvent la résultante d’une infection dentaire profonde et négligée, qui s’est aggravée. Elle touche les muscles, les graisses et les tissus profonds du visage et du cou. 

Les symptômes de la cellulite dentaire

Ils évoluent avec son aggravation. La présence d’une tuméfaction, d’un léger gonflement au niveau du cou ou de la joue, des difficultés à avaler et de la fièvre doivent alerter. Cela est d’autant plus vrai que ces signes peuvent mettre plusieurs jours à apparaître. 

Deux ou trois jours plus tard, l’infection est visible et le gonflement important, atteignant la joue, le plancher buccal (zone se trouvant sous la langue) et le cou (plus parfois le palais et l’œil, en présence d’une dent infectée sur l’arcade du haut). Dès le début de la manifestation de la cellulite dentaire, la douleur est intense et lancinante, surtout la nuit. 

Elle peut irradier vers chaque direction de la tête et vers le cou. On constate également la présence d’une rougeur et de chaleur sur la zone, qui sont les autres signes de l’inflammation. Ces symptômes doivent amener à consulter un dentiste en urgence. 

Les origines bucco-dentaires de la névralgie dentaire

Les origines de cette pathologie sont les suivantes : 

Complications de dents cariées

  • Granulome ou kyste ; 
  • Abcès sous-périosté (le périoste est la membrane entourant l’os, génératrice de l’ossification) ;
  • Problème rencontré lors de l’évolution d’une dent de sagesse ;
  • Extraction dentaire ;
  • Présence d’une poche parodontale ;
  • Parodontite ;
  • Traitement endodontique mal réalisé ;

Suites chirurgicales entraînant une nécrose pulpaire (mortification de la dent). 

Il existe deux types de cellulite dentaire. La cellulite circonscrite est localisée autour de la dent causale. La cellulite diffuse désigne cette même affection qui s’étend, touchant la gorge, le visage, les voies respiratoires et peut engager le pronostic vital du patient. Dans le cadre de sa propagation, la cellulite dentaire connaît trois stades cliniques 

Le stade séreux

Cette étape est généralement précédée de fortes douleurs dentaires. À ce stade, la peau au niveau de la tuméfaction est gonflée, chaude, rouge et douloureuse. On note une altération modérée de l’état général. Si l’infection touche une dent postérieure (dent du fond), un trismus modéré est possible (contraction involontaire des muscles élévateurs de la mandibule rendant impossible, ou très limitée, l’ouverture de la bouche). 

Le stade suppuré 

La peau est luisante et rouge. Les signes inflammatoires locaux s’aggravent. La douleur, permanente et pulsatile, empêche de dormir. Le trismus est franc. Cette étape peut évoluer vers une fistule spontanée de la peau ou de la muqueuse, permettant l’évacuation du pus, ou vers le stade suivant, le stade gangréneux. 

Le stade diffus ou gangréneux

Ce stade fait suite aux deux précédents ou survient d’emblée. L’état général est marqué (fièvre à 40°). La peau « crépite » à la palpation, car la présence de bactéries anaérobies génère des gaz. Il faut intervenir urgemment, car à ce stade, le pronostic vital est engagé. 

Les infections profondes, même si leur origine est dentaire, s’étendent ensuite aux tissus profonds, celluleux et graisseux de la face et des voies aéro-digestives supérieures. Ce qui explique que les complications de la cellulite dentaire puissent être locales, au niveau de la sphère buccale, mais également régionales en raison de la compression des organes voisins. 

La diffusion de la cellulite dentaire est rapide, et son évolution peut être dramatique. Il est essentiel d’intervenir rapidement.

Cellulite dentaire : traitements et prévention

Le scanner cervico-facial confirme le diagnostic de la cellulite dentaire. Le cliché panoramique, ou la radio rétro-alvéolaire (radio plus localisée), précise la dent causale. Certains examens complémentaires peuvent être réalisés, comme un prélèvement bactériologique en cas de cellulite gangréneuse. 

Il existe deux types de traitements applicables. 

Le traitement médical

Le traitement consiste à prescrire des antibiotiques et des antalgiques : 

  • Antibiothérapie médicamenteuse ou par voie intraveineuse dans les cas les plus graves ;
  • Prise d’antalgiques afin de lutter contre la douleur ;

Prise d’anti-inflammatoires n’est pas recommandée du tout ! Cela expose à une aggravation très importante de l’infection. 

Le traitement chirurgical

Il consiste à traiter d’une part la cause, c’est-à-dire le foyer infectieux dentaire, d’autre part la cellulite dentaire. 

Actes dentaires envisageables

La trépanation de la dent est envisageable lorsque la dent est atteinte de carie profonde, mais conservable : il s’agit d’ouvrir la dent causale. Cette action permet d’évacuer les gaz putrides et le pus. Dans les cas d’infection importante, le dentiste peut maintenir la dent ouverte quelques jours afin de faciliter le drainage de l’infection. 

Les autres interventions possibles sont : 

  • Avulsion de toutes les dents infectées en cas de cellulite grave ;
  • Avulsion de la dent infectée, en cas de cellulite bien tolérée. 

Actes chirurgicaux envisageables

Voici les actes chirurgicaux possibles en cas de cellulite dentaire : 

Si, évacuation par drainage ;

Débridement des tissus névrotiques, c’est-à-dire exérèse des tissus malades. Cet acte est réalisé sous anesthésie générale ;

Les trois facteurs de gravités souvent pris en compte lors de la découverte de la cellulite dentaire sont : 

  • La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (qui expose à des risques de complications infectieuses graves) ;
  • La présence d’un trismus ;
  • La présence d’un œdème du plancher buccal. 

Dans la majorité des cas, une prise en charge de la cellulite dentaire dès l’apparition de la tuméfaction cutanée, avec prescription d’antibiotiques et traitement de la cause, résout le problème sans séquelles. Mais certains signes de gravité nécessitent une prise en charge hospitalière. 

Différentes indications sont préconisées, en fonction des stades traversés. 

Traitement au stade séreux

Traitement médical et traitement de la dent. 

Traitement au stade suppuré

Traitement médical et traitement chirurgical de la dent (généralement avulsion). Drainage de l’abcès par voie endo-buccale muqueuse ou dentaire (trépanation dent causale), ou exo-buccale (incision cutanée de la tuméfaction) ;Traitement au stade gangréneux

Dans ce cas, les étapes sont : hospitalisation en urgence, début d’un traitement médical, parage des tissus nécrotiques et traitement de la dent. 

Nous l’avons vu, l’évolution de la cellulite dentaire peut être dramatique. La prévention face à cette pathologie reste le remède le plus efficace, afin d’éviter les complications liées aux caries. 

Prévention

Il est essentiel d’observer des règles d’hygiène bucco-dentaire strictes :

  • 2 brossages au minimum par jour ;
  • Utilisation de fil dentaire, de brossettes inter-dentaire et de dentifrice fluoré ;
  • Adopter une alimentation pauvre en sucres et en acides ;

Consulter son dentiste au minimum une fois par an, afin d’effectuer un contrôle complet des dents et de la bouche, et de procéder à un détartrage. 

La cellulite dentaire est une pathologie sérieuse, mais soignée à temps, elle disparaît sans laisser de séquelles. Aussi, dès qu’une douleur dentaire ou une suspicion d’angine apparaissent, il est impératif de consulter rapidement votre dentiste.