kyste dentaire

Un kyste dentaire est-il dangereux et comment peut-on le traiter ?

Le kyste dentaire est une petite vésicule remplie de liquide, logée dans l’os de la mâchoire. Classé comme tumeur, il est cependant bénin et ne met pas votre santé en danger. Il est néanmoins important de le surveiller, voire de l’éliminer, car, il peut être source d’infection et il ne part pas de lui-même. 

Un kyste dentaire : qu’est-ce que c’est ?

Le kyste dentaire est une poche souple contenant du liquide, généralement localisée à l’extrémité de la racine d’une dent. Il s’agit d’une cavité pathologique, pouvant se former également sur la lèvre, la gencive ou dans l’os de la mâchoire. Très fréquent, le kyste dentaire peut être de plusieurs types.

Le kyste odontogène

>Il est lié au développement de la dent ou apparaît après son éruption (c’est le cas du kyste gingival du nouveau-né, du kyste d’éruption…).

Le kyste odontogène inflammatoire 

Il peut être lié à des complications infectieuses de la pulpe dentaire qui ont mal été traitées ou qui n’ont pas été traitées du tout (le kyste radiculaire, le kyste apical, en font partie…). Ce type de kystes infectieux peut également être d’origine parodontale (des tissus de soutien de la dent).

Le kyste non-odontogène

C’est par exemple le kyste naso-palatin, ou le kyste naso-labial. Plus rare, il se développe dans d’autres zones que l’os de la mâchoire (joue, palais, lèvre…).

La production continue du liquide contenu accroît simultanément la taille du kyste dentaire. Bien que ce mot fasse peur, il s’agit bien d’une tumeur, en ce sens qu’elle constitue une masse résultant de l’augmentation de volume d’un tissu, clairement délimitée, sans que n’en soit connue la cause. Cette augmentation fait suite à un dérèglement de la croissance cellulaire. Le kyste dentaire est sans gravité et ne peut donner lieu à des métastases. Il ne migre pas et se développe là où il est né.

La cause la plus fréquente du kyste dentaire est un traitement canalaire qui a échoué. Cette opération intervient en raison d’une infection à l’intérieur des racines d’une dent. Elle consiste à retirer la pulpe infectée, à nettoyer et désinfecter les canaux, puis à les obturer. Un échec peut être dû à un nettoyage incomplet des canaux ou à une obturation non étanche.

D’autres facteurs peuvent être à l’origine du kyste dentaire.

Une carie non soignée.

Même si une douleur a existé au début, il arrive qu’elle disparaisse et ne déclenche pas de consultation chez le dentiste. La carie non traitée finit par atteindre la pulpe, la prolifération bactérienne génère une inflammation de la pulpe, qui, non traitée, peut aboutir à une infection osseuse.

Un choc ou une fracture

Ces accidents peuvent déclencher une nécrose de la dent, également appelée mortification. Il s’agit de la mort de la pulpe dentaire. Ce phénomène peut rester silencieux longtemps et passer ainsi inaperçu pendant des années

Des débris de l’ostéogénèse

L’ostéogénèse est l’élaboration du tissu osseux. Ces débris, lors d’une stimulation dont on ne sait pas grand-chose encore, se muent en kyste.

Nous l’avons vu, bien que le kyste dentaire ne soit pas dangereux en lui-même, il peut parfois entraîner des complications qui, elles, peuvent être douloureuses et traumatisantes pour les dents et la cavité buccale. Que faire alors ?

Kyste dentaire : quand les choses se compliquent

Il n’est pas facile de détecter un kyste dentaire, car son évolution est souvent silencieuse. Il est parfois détecté au hasard d’une radio de contrôle. Le seul signe clinique pouvant alerter sur sa présence n’est qu’une éventuelle tuméfaction osseuse (grosseur). Il peut également exister une fistule sur la gencive, en regard du kyste.

Symptômes du kyste dentaire

Au fur et à mesure de son évolution, d’autres signes peuvent apparaître, qui renseignent sur l’importance du kyste. Il s’agit des symptômes suivants :

  • Douleur dentaire ;
  • Mobilité dentaire ;
  • Saignements gingivaux ;
  • Fracture spontanée ;
  • Trouble de l’occlusion (correspondances entre les dents du haut et celles du bas) ;
  • Déplacements dentaires.

Les douleurs dans la mâchoire augmentent lorsque son volume augmente. Des complications peuvent alors apparaître, telles qu’une perte osseuse autour de la racine de la dent, ou une cellulite (inflammation du tissu celluleux), créant ainsi la fameuse « chique » ou joue gonflée. La dent se trouvant au-dessus ou en dessous du kyste peut ainsi bouger et même tomber. Un abcès (poche emplie de pus) peut se former. Que faire alors ?

Kyste dentaire : traitements et solutions

Si le kyste dentaire est d’un diamètre inférieur à 5 millimètres, et si l’on est en présence d’une dent vivante, il est indiqué de réaliser le traitement endodontique de la dent, c’est-à-dire de la dévitaliser.

Sur dent déjà dévitalisée, il faut reprendre le traitement. Si cette action n’est pas possible, à cause de la présence d’un bridge, d’une couronne ou d’un tenon dans la racine, il sera probablement nécessaire, afin de conserver la dent, de procéder à une résection apicale.

La résection apicale est un acte chirurgical permettant d’éliminer le kyste à l’extrémité de la racine (l’apex), de désinfecter et ré-obturer les canaux, sans passer par l’intérieur de celle-ci.

Le dentiste incise et décolle la gencive jusqu’à obtenir un accès parfait à l’os maxillaire. Il peut ensuite procéder à l’exérèse du kyste et à l’élimination de l’apex. Une fois le canal obturé, la gencive est suturée. Cette intervention est réalisée au cabinet dentaire sous anesthésie locale.

Lorsque la cause n’est pas le traitement des racines, qu’il y a surinfection ou qu’il existe des répercussions fonctionnelles ou esthétiques, la seule solution est l’ablation chirurgicale. Cette intervention consiste en l’élimination de la totalité de la poche, car un kyste se reconstitue même à partir d’infimes débris de cellules restants.

Il est à noter qu’il arrive également que rien ne soit fait pour éliminer le kyste dentaire. S’il n’y a pas de signe ni de douleur, seuls des contrôles réguliers sont effectués afin de suivre son évolution, et cela pendant plusieurs années parfois.

A lire également