sinusite dentaire

Sinusite dentaire : pourquoi ne guérira-t-elle pas toute seule ?

La sinusite dentaire, inflammation de la muqueuse du sinus maxillaire, fait suite à une infection d’origine dentaire. Elle est la cause de 40 % des sinusites maxillaires et de 80 % des sinusites unilatérales. Son traitement doit prendre en charge le traitement de sinus et parallèlement, le traitement dentaire. 

Sinusite dentaire : quelles sont les causes ?

Concernant la sinusite dentaire, deux étiologies sont rencontrées :

  • Les foyers infectieux dentaires ;
  • Les complications infectieuses après chirurgie.
Les infections dentaires

Les infections dentaires sont essentiellement d’origine endodontique. Il s’agit de complications de caries dentaires, avec nécrose de la pulpe et formation d’un granulome apical (petite tumeur, bégnine, évoluant à l’extrémité de la racine de la dent).

Les infections parodontales

Plus rares, elles touchent les tissus de soutien de la dent (gencive, cément, os alvéolaire et ligament). L’infection se prolonge le long de la racine atteinte, jusqu’au niveau de l’apex et aboutit à un granulome apical. La perte de support osseux liée à la parodontite peut également générer une communication bucco-sinusienne.

Les complications iatrogènes

Ces complications surviennent à la suite de traitements dentaires.

A la suite d’une obturation canalaire

L’obturation canalaire intervient lors du traitement de la racine de la dent. S’il y a dépassement de pâte canalaire au niveau de l’apex, le produit peut migrer dans les tissus environnants et se surinfecter. A contrario, il peut aussi s’agir d’une obturation canalaire insuffisante, ouvrant la porte aux bactéries et à l’infection.

Lors d’extractions dentaires

Une pulpite dentaire est douloureuse. Afin d’éviter d’en arriver à ce stade, il est important d’effectuer des visites régulières chez votre spécialiste de dentisterie, qui peut déceler une carie naissante et intervenir avant qu’elle n’atteigne la pulpe dentaire, vous évitant ainsi bien des douleurs et des risques de complications parfois graves. Ces visites, associées à une hygiène dentaire rigoureuse, mettent toutes les chances de votre côté afin de les conserver, toutes, et en bonne santé !

Migrations : Des morceaux de dents peuvent se casser et migrer dans le sinus.

Fistules : Des fistules peuvent survenir à la suite d’une extraction et créer une communication entre le sinus et la bouche.

Perte d’os : En cas d’édentation, la perte d’os alvéolaire entraîne une augmentation du volume du sinus et empêche une hauteur d’os suffisante pour une pose d’implants. Des greffes osseuses sont alors proposées, mais le matériau de comblement, d’origine animale ou synthétique peut être à l’origine d’infections chroniques.

Perforation par implant dentaire : Bien que le maxillaire supérieur offre une hauteur généralement suffisante pour la pose d’implants, il arrive qu’une résorption osseuse importante soit à l’origine d’une pénétration de l’implant dans le sinus maxillaire, créant alors un risque infectieux.

Sinusite dentaire : quels sont les symptômes ?

Le cliché panoramique constitue la radiographie de base permettant de rechercher une lésion dentaire. Il permet également de mettre en avant la relation entre les dents du maxillaire et le sinus. Le scanner quant à lui permet d’observer les structures osseuses et les tissus mous. Il est utile en présence d’une complication de sinusite aigüe, d’une sinusite récidivante ou chronique, ou en cas de suspicion de fistule bucco-sinusienne naissante.

Le diagnostic d’une sinusite dentaire repose sur un examen clinique dentaire, qui permet d’apprécier l’état des dents : éventuelle, percussion dentaire douloureuse, mobilité, fistule. Il est mené conjointement à un examen clinique de la face, recherchant une douleur à la pression au niveau du sinus maxillaire, dans la région sous-orbitaire. La sinusite dentaire est toujours unilatérale. On note la présence de mucus purulent et verdâtre, accompagné d’une odeur désagréable et parfois d’une obstruction nasale.

L’extension des infections dentaires dans le sinus maxillaire est rendue possible en raison de la proximité des racines des dents postérieures avec le plancher sinusien : deuxièmes prémolaires et premières et deuxièmes molaires supérieures. Cette situation offre une voie de propagation intrasinusienne des infections d’origine dentaire. Cette évolution demeure cependant rare. La plupart des infections dentaires restent locales (abcès sous-périosté ou ostéite), ou se propagent dans les tissus mous de la face et du cou.

Sinusite dentaire : quels sont les traitements ?

La sinusite dentaire impose un traitement conjoint du sinus et de la ou des dent(s). La réussite du traitement dépend de l’élimination de la cause dentaire et de sa conséquence sinusienne.

Traitement dentaire

Le traitement dentaire doit supprimer la cause dentaire et ses conséquences intrasinusiennes. Toute infection dentaire pose le problème de la conservation ou non de la dent.

Traitement conservateur

Il réside dans le traitement canalaire de la dent. Cela consiste à éliminer le tissu infecté de ses racines. Une fois cette exérèse réalisée, les canaux dentaires sont désinfectés, mis en forme puis obturés. Si un traitement de racine a déjà été réalisé, et en cas d’échec endodontique, il y a reprise du traitement.

Extraction

Lorsque le traitement conservateur présente un risque de récidive ou d’entrave de la cicatrisation des lésions infectieuses, la seule solution reste l’extraction. Cette dernière peut parfois conduire à une communication bucco-sinusienne, qui se ferme spontanément, après la disparition de l’infection.

Traitement du sinus

Les traitements de sinus doivent accompagner le traitement dentaire, afin d’éliminer toute trace d’infection et de rétablir ses fonctions.

Le traitement médical

Il est destiné à lutter contre l’infection, contre la douleur et à éviter le passage à la chronicité. Il se doit d’être local et général.

Le traitement médical local

Les vasoconstricteurs locaux permettent le drainage et l’aération du sinus. La prescription comprend également des inhalations soufrées et l’utilisation d’aérosols corticoïdes et antibiotiques.

Le traitement médical général

Il consiste en l’administration d’antibiotiques, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens et d’antalgiques.

Le traitement de sinus chirurgical

Le drainage chirurgical est un acte d’urgence, réalisé en cas de douleur extrême ou de résistance aux traitements médicaux.

En présence d’un corps étranger intrasinusien, la réalisation d’une ouverture chirurgicale permet l’extraction du corps étranger. Elle est associée à une ostéosynthèse, destinée à rejoindre les fragments osseux séparés. Cependant, l’ostéosynthèse ne permet pas de restaurer la fonction sinusienne. Une fois l’infection sinusienne traitée et la cause dentaire enlevée, une intervention chirurgicale est donc souvent nécessaire, afin de restaurer les fonctions de drainage et de ventilation de la cavité sinusienne. Cette intervention, la méatotomie moyenne, suppose l’ouverture large de l’un des sinus maxillaires dans la cavité nasale. Elle s’effectue sous anesthésie générale.

La prise en charge de la sinusite dentaire nécessite une collaboration étroite entre le spécialiste de dentisterie et le spécialiste de l’otorhinolaryngologie. Leurs interventions conjointes permettent la mise en place d’un diagnostic précoce et d’un plan de traitement précis. Le traitement doit en priorité inclure le traitement de la dent causale. En cas de sinusite unilatérale récidivante ou prolongée, une origine dentaire doit être suspectée. Votre spécialiste dentaire demeure votre interlocuteur privilégié afin d’établir un diagnostic précis, et de pouvoir intervenir dans les meilleurs délais.

A lire également